12/2021 – Nyeleni – seven women’s photographic perspectives

Nyeleni – seven women’s photographic perspectives

December 2021

Nyeleni is the name of a legendary female figure in Bamana culture, who has the reputation of having worked harder and more successfully in her life than any man, even in traditional male domains such as farming or weaving. Figuratively, Nyeleni is therefore also used in the Bamanankan language to describe women who dare to make a difference in life, make their voices heard and follow their own path by still acting socially and caring for others at the same time. This is equally true for the seven artists gathered in this project who have all ventured into a professional field that until not so long ago was a purely male domain: Fatoumata Diabate, Amsatou Diallo, Oumou Diarra, Mariam Niare, Kani Sissoko, Oumou Traore, Dicko Traore, they all are professional photographers who live and work (mostly) in Bamako, Mali, and use this medium to visualize a whole range of issues concerning Malian society from a women’s perspective.
With the support of the Fondation Oumou Dilly, the collective art project was launched by the curators Franziska Jenni and Joyce Pennekamp as well as artist and scenographer Delphine Gatinois in Bamako in December 2021. The aim of the ten-day workshop was to explore together which topics and visual approaches could be taken up in the individual artistic contributions which will be shown in various exhibitions on the African and European continent in the coming two years. The aim of the exhibition is to give the audience insights into the hopes and dreams of this generation of women in Bamako through the different visual stories, but also into what they denounce, what they want to change and of what they want to heal.


Nyeleni est le nom d’une femme légendaire dans la culture bamanan, qui a la réputation d’avoir travaillé plus dur et avec plus de succès dans sa vie que n’importe quel homme, même dans des domaines traditionnellement masculins comme l’agriculture ou le tissage. Au sens figuré, Nyeleni est donc également utilisée dans la langue bamanankan pour décrire les femmes qui osent faire une différence dans la vie, faire entendre leur voix et suivre leur propre chemin tout en agissant socialement et en prenant soin des autres. C’est également vrai pour les sept artistes réunies dans ce projet qui se sont toutes aventurées dans un domaine professionnel qui, il n’y a pas si longtemps encore, était un domaine purement masculin : Fatoumata Diabate, Amsatou Diallo, Oumou Diarra, Mariam Niare, Kani Sissoko, Oumou Traore, Dicko Traore, toutes sont des photographes professionnelles qui vivent et travaillent (principalement) à Bamako, au Mali, et utilisent ce médium pour visualiser toute une série de sujets concernant la société malienne du point de vue des femmes.
Avec le soutien de la Fondation Oumou Dilly, le projet artistique collectif a été lancé par les commissaires Franziska Jenni et Joyce Pennekamp ainsi que par l’artiste et scénographe Delphine Gatinois à Bamako en décembre 2021. L’objectif de cet atelier de dix jours était d’explorer ensemble quels thèmes et quelles approches visuelles pourraient être repris dans les contributions artistiques individuelles qui seront présentées dans diverses expositions sur le continent africain et européen au cours des deux prochaines années. L’objectif de l’exposition est de donner au public un aperçu des espoirs et des rêves de cette génération de femmes de Bamako à travers les différents récits visuels, mais aussi de ce qu’elles dénoncent, de ce qu’elles veulent changer et de ce dont elles veulent guérir.